Quand parlent les lilas dissonances éteintes / When the lilac speaks of extinct discords

Quand parlent les lilas dissonances éteintes

(la vieile version du rondeau, traduit en anglais ci-dessous ou ici)

13-14 juillet 2016

ghosts aliexpress com
Courtesy aliexpress.com

 

Quand parlent les lilas dissonances éteintes

Orgueil du cœur las que l’esprit éreinte

Il sévit en moi des multitudes bleues

Entassés émois d’un tango à deux

Carrés délicats en rétine empreintes

 

Raconte-moi tout bas de nouvelles étreintes

Cœur en contrebas de passé a crainte

Les bruissements de soies en corps langoureux

Quand parlent les lilas dissonances éteintes

Orgueil du cœur las que l’esprit éreinte

Il sévit en moi des multitudes bleues

 

Retiens-moi les pas mon essence qui suinte

De mémoire trépas vieux sentiers emprunte

Futur que l’on voit s’échappe silencieux

En mesure des lois qui taisent nos aveux

De noces le repas veillée de défunte

 

Quand parlent les lilas dissonances éteintes

Orgueil du cœur las que l’esprit éreinte

Il sévit en moi des multitudes bleues

Entassés émois d’un tango à deux

Carrés délicats en rétine empreintes

 

Lecture du rondeau: 

 

Quand parlent les lilas

(la nouvelle version du rondeau, traduite en anglais ci-dessous ou ici)

13-14 juillet 2016

 

Quand parlent les lilas dissonances éteintes

Orgueil du cœur las que l’esprit éreinte

Il sévit en moi des multitudes bleues

Entassés émois d’un tango à deux

Carrés délicats en rétine empreintes

 

Raconte-moi tout bas de nouvelles étreintes

Cœur en contrebas de passé a crainte

Les bruissements de soies en corps langoureux

Quand parlent les lilas

 

Retiens-moi les pas mon essence qui suinte

De mémoire trépas vieux sentiers emprunte

Futur que l’on voit s’échappe silencieux

En mesure des lois qui taisent nos aveux

De noces le repas veillée de défunte

Quand parlent les lilas

 

Lecture du Rondeau: 

ghosts glamelia-s ru
Courtesy glamelia-s.ru

Fais comme tu veux – Calogero

En apesanteur – Calogero

Aussi libre que moi – Calogero

 

 

When the lilac speaks of extinct discords

(Translation into English of the older version of the Rondeau, see original above or here)

13-14 July 2016

 

flower pinterest com (2)
Courtesy pinterest.com

When the lilac speaks of extinct discords

Pride of weary heart that tires the mind

There rage within me so many blue hordes

Crammed with emotions of tango for two

In delicate squares retina confined

 

Whisper to me low renewed embraces

The downtrodden heart past fear retraces

The silken rustling in languorous frame

When the lilac speaks of extinct discords

Pride of weary heart that tires the mind

There rage within me so many blue hordes

 

Remind me the steps my essence oozing

From memory’s death borrows the old trails

Future that we see silently fleeing

In measure of laws that silence our words

The wedding luncheon now vigil of dead

 

When the lilac speaks of extinct discords

Pride of weary heart that tires the mind

There rage within me so many blue hordes

Crammed with emotions of tango for two

In delicate squares retina confined

 

Reading of the Rondeau: 

 

When the lilac speaks

(Translation into English of the modern version of the Rondeau, see original above or here)

13-14 July 2016

 

When the lilac speaks of extinct discords

Pride of weary heart that tires the mind

There rage within me so many blue hordes

Crammed with emotions of tango for two

In delicate squares retina confined

 

Whisper to me low renewed embraces

The downtrodden heart past fear embraces

The silken rustling in languorous frame

When the lilac speaks

 

Remind me the steps my essence oozing

From memory’s death borrows the old trails

Future that we see silently fleeing

In measure of laws that silence our words

The wedding luncheon now vigil of dead

When the lilac speaks

 

Reading of the Rondeau: 

fear youtube com 7
Courtesy youtube.com

Dona Dona – Joan Baez

House of the Rising Sun – Joan Baez

Diamonds and Rust – Joan Baez

 

 

Spleen s’est absenté dans île aux oiseaux

Spleen s’est absenté dans île aux oiseaux

12 janvier 2016

spleen beautifulvista com

J’ai en mon cœur bleu un brin d’océan

Une vague de tumultes des oiseaux en cage

Des mémoires occultes qui effacent les pages

Voyez comme il pleut sur mes joues et flancs

 

Sombre et silencieux mon cœur dans ces rangs

Par l’esprit exulte bois d’autres cépages

Ame se catapulte au gré de l’orage

L’osé le scabreux feutrés vieux élans

 

J’ai le cœur si vieux des siècles ont passé

La mer s’est teintée des outre tombeaux

Les ans langoureux d’éclats effacés

 

Des bras éreintés étreignent les maux

Ebats amoureux de désirs lassés

Spleen s’est absenté dans île aux oiseaux

spleen moshlab com
Courtesy moshlab.com

 

La mémoire et la mer – Léo Ferré

La solitude – Léo Ferré

Les amants tristes – Léo Ferré

Avec le temps – Léo Ferré

Le rougeoiement de mes sens que mon corps dément

Le rougeoiement de mes sens que mon corps dément

30 novembre 2015

 

nymph deviantart com cave_of_the_storm_nymphs_by_hannah_halfpenny 2 (2)
Courtesy deviantart.com

 

 

Il naît dans esprit vif des houles de chagrins morts

Tête et cœur chamboulés tanguent haut d’un mât de brume

De Troie fougueux cheval, reclus aux dents le mors

De traîtrise de volcans l’existence s’en consume

 

nymph gif image es bigpoint com

 

La mer grondera en moi des élans les relents

Des passerelles étroites vers un autre vestige

Furtifs baisers volés spectres de vieux tourments

Etroitesse des âmes ment vérité les fustige

 

nymph cinemovies fr -odysseus-ulysse-est-de-retour-a-620x0-1 (2)
Courtesy cinemovies.fr

 

 

Il m’est par trop précaire de craindre le moment

Quand Ulysse Pénélope retrouve une vie d’ensemble

Le rougeoiement de mes sens que mon corps dément

Trop d’extase en ce cœur son mortifère rassemble

 

nymph chokidesign com (2)
Courtesy deviantart.com

 

 

Across the River –Adam Hurst

Beneath – Adam Hurst (Arabic Cello)

Wilderness – Adam Hurst

 

 

 

 

Vois peuplé hors des normes par esprit Jéricho

Vois peuplé hors des normes par esprit Jéricho

10 novembre 2015

oiseaulyre alberoz-overblog com
Courtesy alberoz-overblog com

.

De ces étés pourpres il restait la chaleur

D’un relent de l’encens anis camphre et myrrhe

Pour augmenter l’essence d’un visage de pâleur

Tandis que le cœur meurt d’un passé qu’on admire

.

oiseaulyre spectable com
Courtesy spectable.com

.

Il volait dans la foule un semblant de clameur

Voltige des ailés fut porté par leur désir

Au royaume des cieux bleus où le sang d’air se meurt

Mains glacées d’en dedans ne savent nuées saisir

.

oiseaulyre w12 fr (2)
Courtesy w12.fr

.

La soif saisit gorge enroulée dans de l’écho

Evidée de sens dans flou miroitement se lire

Retrouver dans ses sons renouveau des splendeurs

.

oiseaulyre spectable com flipped
Courtesy spectable.com

.

Vois peuplé hors des normes par esprit Jéricho

Son des trompettes, du clairon, chant de l’oiseau lyre

Fracas de perte, réveil, dans des croix de raideurs

.

oiseaulyre alberoz-overblog com flipped
Courtesy alberoz-overblog.com

Vangelis – Rachel’s Song

Vangelis – Memories of Green

Vangelis – Conquest of Paradise

Le silence contre ton, contretemps point hausser

Le silence contre ton, contretemps point hausser

5 novembre 2015

silence goodfon com silent-moment-devushka-kamen

.

A l’échelle d’Univers je plaçai lors mes normes

Il n’est point de l’ombrage en esprit démuni

Bois d’ébène, bois de pin, merisier, loupe d’orme

L’étendue de ce feu point par eux ne finit

.

silence royalwalls com

.

Le silence comme un carcan épousa mes formes

Dans une prairie de vert sous un ciel infini

Et les prés comme les cieux ont voulu que je dorme

Pour que le songe me visite en catimini

.

silence chickensmoothie com -Favim_com-365550

.

Puisse le pâtre d’élévation de mots se gausser

Je n’ai de mots que le simple par mon cœur offrir

De destin dans les cieux œil ne voit si funeste

.

silence abstract desktopnexus com

.

Le silence contre ton, contretemps point hausser

Si ton cœur de mon cœur un jour veut s’enquérir

Que le deuil de son être il épouse donc si leste

.

silence junesilny com

Alessandra Celletti plays Gurdjieff

Metamorphosis – Alessandra Celletti

Crazy Girl Blue – Alessandra Celletti

Gurdjieff And De Hartmann – Songs of Sayyids and Dervishes

Out living a lie

Out living a lie

24 March 2015

 sanctuary13

 

Green nails raked the ground

As the gardener combed on

The moss-ridden land

Covered in nebulous clouds

My mind sought to soar above

 

Stone split in splinters

As hammer drove on heavy

Heaving with the might

Chest weighed down by force of mind

Imploded into ashes

 

Woodpecker carved on

Its beak relentless into

Soft bark that bled red

Delicate core oozed crimson

While iron cage survived time

 

Dark whispered to light

As crying voices withered

Out living a lie

Stale truth in form broke feigned bond

As mind outlived memories

Into black and white

Into black and white

22-23 March 2015

 IMG_8485

 

Night time brings the dark

That sits supreme over all

Live in beings’ frame

Slight is the heartbeat in chest

When shadows overcome light

 

Darkness engulfs shores

As seashells crunch under feet

Aimlessly walking

Mind steers direction in heart

As path to somewhere ends stern

 

The sea’s thunder calls

Deafening recognition

Of forgotten voice

How does one forget whispers

Of beings once clad in light?

 

Sand seeps through my toes

Grim testimonial of times

Where nothing would last

Mind probes last thoughts in blank walls

As stars etch in a new slate

 

A flicker lights night

And moving shadows walk tall

Into black and white

Duality is in thought

Though soul knows of times neutral

 

 

The other side of me

The other side of me

15-18 March 2015

  sleeping beauty14

Wild birds called on shrill

Their voices seeking out sun

That shone stonily

Mind etched in marble silence

Hears not the call of the wild

 

The daffodils sang

To power of life that rang

Through their green slender bodies

Frame of green enveloped me

As life coursed through my blue veins

 

Between dark and light

I balanced every ion

The border stayed tight

Years as Pandora passed through

While I slept in oblivion

 

Half cast in moonlight

The other side of me woke

To a new dawn’s sun

New beginnings sparkled bright

With stars of recognition

sleeping beauty6

 

La raison de la déraison

” Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point” Blaise Pascal 

Ma raison à moi est si forte qu’elle étouffe ce coeur hurlant à la mort 

 1er septembre 2010 

 ♦ ♥  

Il est de ces temps de solitude si basse et si abjecte

Ou ni le mot, ni la phrase, ni le vers point ne suffisent

A consoler mon cœur tourmenté de mère inquiète

Las, fatigués, cœur et tête en moi se contredisent

♦ ♥   

De cette douleur dont je ne sens rien mais tout

Je me fais la seule coupable et veule criminelle

Pensant à combien c’était mes valeurs surtout

Que je protégeais et pas eux, ma peine éternelle

♦ ♥   

Et tandis que cœur et esprit en moi s’entrechoquent 

Je me bats, livide, pour pouvoir résister et dépasser 

Cette haine qui monte en moi me brûle et me suffoque 

Cette marée haute qui érode tant ma pauvre lucidité 

♦ ♥   

Dans ma chair sans être en ma chair je la ressens 

Cette pression vive, cette force brutale imposée 

Et moi si loin, seule, impuissante dans mon tourment 

Me mets à tous mes dieux et tous mes saints renier 

♦ ♥   

Matin las succède à nuit terne sans une couleur 

J’écris encore maudite de verbe, de phrase aride 

Je parle, prépare la délivrance et panse mon cœur 

Qui boit mes paroles, desseins dans son espoir avide 

♦ ♥   

Je n’ai toujours connu d’expression que le triste mot 

Qui me soulage me permet enfin un peu de respirer 

Pour pouvoir souffrir en moins ce qu’il y a en trop 

Comme un baluchon qu’en vomissant, on met de côté 

♦ ♥   

Courbant l’échine sous le poids de nos douleurs 

Je note vite, me libère de ce poison, encre de scribe 

Nuit de réflexion, me fortifiant, freine rancœurs, peurs 

J’écris encore ce déluge d’émotions que je me prohibe 

♦ ♥