Le temps de la famille heureuse

Loïc a heureusement retrouvé cet amour de son frère que la colère et la frustration étaient en train de lui faire passer. C’est un bon garçon et quand on lui parle avec coeur et avec raison au lieu de lui parler avec tyrannie et contrition, il sait écouter et réapprendre les belles choses de la vie. Il l’a toujours été, bon et juste, et l’amour reviendra dans cette famille tel que la plupart de ses membres le souhaitent. A quatre contre un, le choix est vite fait si on utilise le principe utilitariste de Bentham. Mais même dans les concepts absolus, cette liberté et “besoin” paternel ne peut s’exercer à l’exclusion de quatre autres libertés identiques et tout aussi méritantes.

http://www.youtube.com/watch?v=pDzanTVYoHE