Pantoum

 

L’irrésolue

Terre de rousseur

Il était en moi une rumeur

Ressac

Pain d’épice pain de miel, fin des vices règne de fiel

D’aube de bleu

 

“Le pantoun français dérive du « pantun berkait » malais, c’est-à-dire « pantoun enchaîné », par son mécanisme de reprise des vers de strophe à strophe. Un pantoun malais en tant que tel est constitué d’un quatrain unique. Le pantoun consiste en une suite de quatrains (d’octosyllabes ou de décasyllabes – le même mètre est conservé dans tout le poème.) où s’appliquent deux systèmes de reprises :

  • le deuxième et le quatrième vers de chaque strophe sont repris respectivement comme premier et troisième vers de la strophe suivante,
  • le tout dernier vers du poème reprend le premier.

L’alternance des rimes masculines et féminines et la reprise du premier vers imposent un nombre de quatrains pair. Le nombre de quatrains est illimité, mais doit être supérieur à six. Cette forme permet de donner au poème une musicalité particulière très typée.”
Source  – https://fr.wikipedia.org/wiki/Pantoum

Mon pantoum suit en général cette structure à quelques exceptions près.

 

 

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s