Las vide qui m’entoure

8 avril 2011

Las vide qui m’entoure

  

De mon cœur las mourant je rythmais cent Tâlas

Soirs d’insomnie passés arrosant le matelas

Trouble de vilains tannins rend amer le chasselas

En cœur las étouffé ainsi sonnera le glas

♦ 

De ce ventre creux où n’existe que le vide

J’extrais hésitante ma pensée tant livide

L’œil amer s’écoule sur les terres d’hier avides

La détresse se recrée en œuvre d’exil d’Ovide

♦ 

Printemps têtu paré d’un tapis de jonquille

Fleur soleil en terre champs terre aride maquille

Flot d’un rouge coquelicot de flanc paré d’esquille

D’un cœur pénitent mort qu’une artère recoquille

♦ 

Le soleil au Zénith écorche mon firmament

Lèvres sèches gorge nouée je l’attends patiemment

Bourgeon métastase vile en terre d’affaissement

Secret perdu en spleen épée en affleurement

♦ 

Parée je ne le suis de mon plus bel atour

Mon spleen au flanc offert à l’insatiable vautour

Prométhée en exil cherche de flamme le retour

Par noir enveloppant tout se meurt à l’entour

http://www.youtube.com/watch?v=x8gBzpCVng4&feature=related

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s