Outpost is Red Hot, light and dark and above all beautiful

Outpost is Red Hot, light and dark and above all beautiful

29 January 2015

IMG_5912 IMG_5897

Yesterday I was at the opening of Outpost. Knowing my friend Samar Jodha and the fact that he had been working on this display for a while, I was expecting something significant and was not left unsatisfied.

 

Jodha is not the usual artist whose artworks would just be an ornament on a gallery’s walls. His work, whatever form it takes, is meant to induce thought, a sense of responsibility and social awareness and at the same time inspire and elevate with its embedded display of how beauty can originate from and perfuse all things living or dead.

 

Walking into the Gallery’s outer space, you are greeted by an open flame flickering, a gateway between the necessity for some heat in the Delhi night’s biting cold and the sense of where the artwork came from, how it was born, a prelude of the show awaiting.

 

The ground floor where most of the artwork is displayed showcases the artwork like any other gallery would: you get to see on the whitewashed walls and under carefully chosen lighting these huge glistening in parts works of art in copper or brass with ink imprints and sometimes with the apparent line of welding which reminds one of the Japanese art of Kintsugi when the crack becomes part of the object’s history and not something to disguise. Although I looked around and found only beauty on the walls, I was somewhat disappointed because this was not exactly what I was expecting of the Jodha that I knew.

 

It is then that I was told there were other parts of the exhibition and so following the guidance of one of the gallery personnel, I walked upstairs. Starting from the stairs, light had grown scarcer and I walked up carefully into an open sky exhibition where other artworks stared at you from different angles. Here, gone were the whitewashed walls, the parts of the ceiling that still existed were bare with rods protruding and the artworks were immersed in a darker atmosphere with very few spots and the moon as the only sources of light. It all lay there, under the sky, and somehow this display got to you and you started thinking more about what the artworks were, how and from what they were created. It slowly pushed you into the concept that beauty sometimes had a darker side to it and that in the half-light lay the beginning of a key to understanding the artwork.

 

I came down the stairs my head full of thoughts for the origins of that beautiful artwork, of the lives of those workers who had once used those panels as a home for themselves and was guided to the basement. The personnel at the top of the basement gave me a torch mentioning I would need it and to watch my step and need it I did. You walked down a flight of stairs and now were totally immersed in the life of the workers as you were no longer walking down stairs but down a narrow corridor, into the darkness, representative of the mines. A lady beside me asked in a nervous voice “Is there somebody there or is it empty?” and I wondered what must have gone through the mind of the workers as they entered the dark mines day after day. Did they too want to be able to rely upon one another? Did they feel nervous the first times they entered their dark workplace?

 

Upon entering the basement, one could barely see the artworks which were no longer even in half-light. They somehow lurked in corners with a faint source of light indicating where they were and as you walked on, the distinct noise of water dropping caught your attention and there it was in your mind’s eye: the mine with its darkness and the earthy and moldy smell of it around you, the noise of the water dripping above your head. The panels hung loosely in the room and with your torch, you were able to see more of what seemed initially small jutting pieces of copper alit and discover artworks that differed in shape from the ones above. It seemed like these works with their jagged edges and stronger linings that seemed like spines hanging wanted to speak more of the true lives of those who had once used these containers as a house. I was all at once elated and sobered by this glimpse into the harsh reality that lies beyond beauty and thought Jodha, my friend, you have done it again.

 

When I ponder upon the panels, I have to say that each corner of them seemed so different and so lovely and yet the artwork as a whole was beautifully harmonious with no part of it clashing with the other. It was such that I had had to take pictures of the whole artwork and at the same time of several parts of it and the more I did that, the more I had the sense that this artwork could be admired in every corner and each part of it would have a whole different outlook when examined in isolation.

 

So for those of you who are in Delhi, do go and see the artworks at Apeejay arts but see them if you can by night rather than by day because I sense that by daytime, the experience would be different although the artworks would still be as beautiful.

 

IMG_5936 IMG_5890

IMG_5894 IMG_5892

IMG_5886 IMG_5879

IMG_5863 IMG_5858

IMG_5857 IMG_5859

IMG_5867 IMG_5866

IMG_5865 IMG_5880

 

Exhibition at Apeejay Arts – New Delhi

 

For those whose mother tongue is French:

Outpost est Rouge Feu, lumière et l’obscurité et surtout très beau
29 janvier 2015

Hier, j’étais à l’ouverture de l’exhibition « Outpost ». Connaissant mon ami Samar Jodha et sachant qu’il avait travaillé sur cette exhibition pendant un certain temps, je m’attendais à quelque chose de significatif et ne suis pas restée sur ma faim.

Jodha n’est pas votre artiste usuel dont les œuvres seraient juste un ornement sur les murs d’une galerie. Son travail, quelle que soit la forme qu’il prend, est destiné à provoquer la réflexion, un sentiment de responsabilité et de prise de conscience sociale et en même temps inspirer et élever avec la présentation implicite de comment la beauté peut provenir de et imprégner tous les êtres qu’ils soient vivants ou morts.

En foulant l’espace externe de la galerie, vous êtes accueillis par les ombres dansantes d’une flamme nue, une sorte de passerelle entre la nécessité d’un peu de chaleur dans le froid mordant de la nuit à Delhi et la reconnaissance de l’endroit d’où vient l’œuvre d’art, comment elle est née, un prélude au spectacle qui attend.

Le rez de chaussée où la plupart des œuvres d’art sont affichées présente l’œuvre d’art comme toute autre galerie le ferait: vous pouvez voir sur les murs blanchis à la chaux et sous un éclairage soigneusement choisi, étincelant en partie, ces énormes œuvres d’art en cuivre ou en laiton aux empreintes d’encre et avec parfois la ligne apparente de soudage qui rappelle l’art japonais du Kintsugi lorsque la fissure devient partie intégrante de l’histoire de l’objet et non quelque chose à dissimuler. Bien que je n’aie trouvé que beauté sur les murs en regardant autour, j’étais un peu déçue parce que ce n’était pas exactement ce à quoi je m’attendais du Jodha que je connaissais.

C’est alors que l’on m’a indiqué qu’il y avait d’autres parties de l’exposition et suivant les conseils de l’un des membres du personnel de la galerie, je suis montée à l’étage. Déjà à partir de l’escalier, la lumière s’était raréfiée et je suis montée en faisant très attention pour arriver à une exposition à ciel ouvert où d’autres œuvres d’art vous fixaient sous des angles différents. Ici, loin les murs blanchis à la chaux !, les parties du plafond qui existaient encore étaient nues avec des tiges en saillie et les œuvres d’art baignaient dans une atmosphère plus sombre avec très peu de spots et la lune comme seules sources de lumière. Tout était là, sous le ciel, et en quelque sorte cet affichage s’emparait de vous et vous commenciez à penser davantage à ce que les œuvres étaient, comment et à partir de quoi elles avaient été créées. Cela vous poussait lentement vers le concept que la beauté possède parfois un côté plus sombre et que c’est dans le clair-obscur que résidait un début d’une clé de compréhension de l’œuvre d’art.

Je suis descendue par les escaliers la tête pleine de pensées quant aux origines de cette belle œuvre d’art, à la vie de ces travailleurs qui avaient autrefois utilisé ces panneaux comme une maison pour les abriter et ai été guidé au sous-sol. Le personnel à l’entrée du sous-sol m’ont donné une torche mentionnant que j’en aurais besoin et m’ont recommandé de faire attention où je mettais les pieds et j’en ai bien eu besoin. Vous descendiez quelques marches et étiez maintenant totalement immergés dans la vie des travailleurs car vous n’étiez plus en train de descendre par des escaliers mais empruntiez plutôt un couloir étroit, vers l’obscurité, si représentative des mines. Une dame à côté de moi a demandé d’une voix nerveuse “Y at-il quelqu’un là-bas ou est-ce vide?” et je me suis demandée ce qui a bien pu traverser l’esprit des travailleurs alors qu’ils entraient dans l’obscurité des mines jour après jour. Voulaient-ils eux aussi pouvoir compter l’un sur l’autre? Se sont-ils sentis nerveux les premières fois qu’ils sont entrés dans leur sombre lieu de travail?

En entrant dans le sous-sol, on pouvait à peine distinguer les œuvres qui n’étaient même plus dans la pénombre. Elles se cachaient en quelque sorte dans les coins avec une faible source de lumière indiquant leur emplacement et pendant que vous continuiez à marcher, le bruit distinct d’eau qui s’égouttait retenait votre attention et voilà que tout se révélait devant votre œil intérieur: la mine avec son obscurité et l’odeur terreuse et moisie qui vous enveloppait, le bruit de l’eau qui s’écoule au-dessus de votre tête. Les panneaux étaient suspendus lâchement dans la pièce et avec votre torche, vous pouviez voir un peu plus ce qui semblait initialement des petits morceaux saillants de cuivre éclairé et découvrir des œuvres qui différaient en forme de celles au-dessus. Il semblait que ces œuvres avec leurs bords dentelés et lignes prononcées qui ressemblaient à des épines dorsales qui pendraient voulaient raconter plus sur les vraies vies de ceux qui avaient autrefois utilisé ces conteneurs comme une demeure. J’étais à la fois exaltée et dégrisé par cet aperçu de la dure réalité qui se trouve au-delà de la beauté et j’ai pensé Jodha, mon ami, tu y est arrivé encore.

Lorsque je m’attarde à penser à ces panneaux, je dois dire que chacun de leurs recoins semblait si différent et si beau et pourtant l’œuvre d’art dans son ensemble avait une belle harmonie sans qu’aucune de ses parties ne soit en antagonisme avec l’autre. Cela était tel que je avais dû prendre des photos de l’ensemble de l’œuvre d’art et en même temps de plusieurs parties de celle-ci et plus je le faisais, plus je avais l’impression que cette œuvre pourrait être admirée dans chacun de ses recoins et chaque partie d’elle aurait une toute autre perspective si on l’examinait de façon isolée.

Donc, pour ceux d’entre vous qui sont à Delhi, allez donc voir ces œuvres d’art à Apeejay arts mais voyez-les si vous le pouvez la nuit plutôt que le jour parce qu’il me semble que, de jour, l’expérience serait différente bien que les œuvres d’art seraient toujours aussi belles.