Au milieu coulait une fissure

Au milieu coulait une fissure

6 mars 2012

Il n’est point de temps pour s’abriter de l’usure

Il ne naît point de jour qui ne connaisse repli

Efflanquée de deux tours elle compte flétrissure

Un souffle pris de court d’un poumon mi-rempli

°

Hasardeux le chemin qui mène en vérité

Mais cœur pur en destin se défait de la houle

Noircir un parchemin d’un mot non mérité

N’a triomphe sur l’instinct ni honneurs de la foule

°

De déni il n’est choix que larme tracée d’un œil

Tête courbée de par loi d’en tension elle s’essouffle

Mais pénitente qu’elle soit rétrécie passe le seuil

D’un chemin fait de croix que sein porte sans souffle

°

D’un jour faste né d’hier retentira clairon

De nuits faites de prières jaillira forte la vie

En ténèbres sévères s’évanouira larron

Ravivé cœur de mère retrouvera l’envie

°

De bribes de contretemps naît brasier infini

Ciel de gris embrasant de promesses de sutures

Rencontre le néant d’une colère démunie

C’était il y a longtemps un conte de blessures

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s