تمزٌق الآمال تمزُق الخيال

تمزٌق الآمال تمزُق الخيال

2011      مارس   29  

هذه هي ثورة بلدي
هذه هي فرصة بلدي
فلماذا أبكي بكلمات الفه
فلأبكي بالدموع التوافه
فلأبكي للأبكم الذي دفن
فلأبكي للذي نساه الزمن

أهذا هو تطور بلدي
أهذا هو نقاش بلدي
أنا أكتب معه والشُرور
أكتب والغصَة بلا مرور
أكتب إليكم لإعادة التَشكُل
أكتب إليكم بعرق التَشُلل

أهذا هو إذا بلد الإشتياق
أم أنه بلد الغربة والفراق
أبكي و أكتب عن الصَبي المغتال
أبكي عن إنتهاء صنف الرِجال
أكتب و أبكي موت من رحم
أبكي و أكتب الَذي مزَق الرحم

هذه هي مساهمتي المدفونة
هذا هو كفاحي ضد الطاحونة
أكافح الرياح بدون سهار
ظلٌ مصاب بجنون النَهار
أكتب للذين أساؤو الحكم
أكتب بقلم غاطص في الدم

Doing good or doing bad is not a question of comparative returns, it is a question of a lucid choice

March 27, 2011

Doing good or doing bad is not a question of comparative returns, it is a question of a lucid choice

I often hear around me “What’s the point?”, “That fellow does not deserve any good done to him. He is totally ungrateful and you can expect nothing back from him”, “And now what?”, “toughen up”, “get real”, etc.

I had never really thought about the point of it but given the number of objections I kept facing, I decided to dwell upon the matter to see whether there was a point and I noted down some of my thoughts for sharing simply my views.

When you do something bad, people are so used to bad things happening in the world that they don’t question it at all. It seems natural to them as they expect it and they will react in the only way they think they can react to it, i.e. they will either be neutral or they will do something bad back to you.

When you do something good on the other hand, the reaction is something that you will not expect and cannot even begin to fathom. Some will be neutral, a rare few will be grateful, an even rarer few will return you that good but most will react negatively. By doing good, you take this majority by surprise and off the expected lines of their trodden known path so they will question your motives and try to prove by all means that there was a hidden agenda. Amongst this majority, some will grow hateful; they will despise you for what they feel as being held in your mercy as gratitude to them is an unknown concept that simply equates to being held captive of a need to return the favour. Some will go to great lengths to prove their point by searching for signs that they may use against you and will dwell on your every communication to try to put some shady light on that deed that you would have done out of simple kindness. Some will question your character, your integrity, will search for the exchange you were expecting in what they see as a transaction and failing finding that exchange will simply label you a fool that has been used and/or abused. Some will jeer at you for having been so gullible and some will feel sympathetic or pity you for being so easy to be taken advantage of.

In time, the good you might have done, can be coloured to make it seem like the darkest evil that you could have ever performed. I have seen it happen even in charity given where it first started out as “oh he certainly did it for the tax reduction” which then progressed on to “he has so much money and all he could do was give some miserable amount, on top of that just within the limits of what is tax deductible and he even wants to keep a control on that, the control freak. With all that money he made ripping off people, of course he had to settle a score with his conscience or at least pretend to have one. He is just a pretender, a liar and a thief. I wish rich people like him would lose all his wealth and then we will see whether he gives a dime when he is a pauper. I hope he rots in hell”. By the end of the transformation (up to the point I heard of it at least), the person was no longer a kind-hearted person giving to charity, he was a black-hearted devil trying to pass off as a good person and whom his fellow human beings wished the worst of evils.

It is therefore easier to do bad than to do good if you set aside the conscience and the morality of it. It is all the more easier if you were expecting something in return for the good you did as you are statistically faced more often by a negative retaliation than a positive reaction. Doing good can take you aback and force you to review your values if you were expecting a positive reaction to the good you did. Does that mean that we should do evil rather than good? Of course not. It simply means that when you do good things, you must be prepared not to receive good in return but the worst of evils and take it with serenity. You do good because this is what you believe in, not because you expect something out of it. You do it because beyond anything, beyond the universal law of karma that calls for harmony and the flow back of what you disseminate within the universe, you do it because you want things to change in the proper direction and believe firmly that the path to that change is by doing a random good deed.

And when all is said and done, if there were just one person whose life you made better by doing something good and who appreciated that, simply, without ever offering you anything in return, it would have been worth all the stream of negative opinions and reactions you would have had to face. For one small candle can shed light into the deepest of darkness and the hope that should remain forever engrained in your heart is that as the flame ignites and lights your path, so will the many other candles that a gust of wind might have blown off on a cold winter night.

As Gandhiji said, “You must not lose faith in humanity. Humanity is an ocean; if a few drops of the ocean are dirty, the ocean does not become dirty.”

Partir c’est vivre un peu

26 mars 2011

Partir c’est vivre un peu

 

Elle pensa qu’elle n’aura jamais le temps de partir avant son retour. Les événements du jour précédent se bousculaient dans son esprit comme des couleurs qui s’entrechoqueraient au fond d’un kaléidoscope. Plus elle songeait à fuir, plus elle se sentait pétrifiée. Il lui semblait qu’il n’existait aucune issue et qu’elle était prise comme un bout d’emmenthal dans un sandwich entre deux plaques du toaster qui fatalement la feraient fondre, la ramenant ainsi à sa perte.

Partir, partir, partir. Elle ressassa ce mot jusqu’à l’exaspération de son esprit qui se révoltait contre ses litanies incessantes, ses indécisions lassantes. Partir oui, mais partir sans une quête, sans l’idée d’une conquête. A quoi bon ? Partir, mais comment et comment s’organiser, comment le faire ?

Mathilde faisait les cent pas devant son automobile et n’arrivait pas à se résoudre à s’y glisser au volant et prendre la poudre d’escampette avec son bébé profondément endormi dans son Maxicosi. Soudain elle détacha son bébé, tourna les talons et rentra dans la maison. Elle n’arriverait pas à conduire dans son état. Autant prendre le train plus tard se dit-elle. Elle remit le bambin dans son berceau et il continua de dormir imperturbable. C’est qu’il avait tellement tété sa mère qu’il en était complètement rassasié et dormait d’un sommeil profond et réparateur. Elle lui caressa la joue avant de descendre vers la cuisine. Machinalement elle sortit le balai, l’aspirateur, le seau et les divers liquides pour nettoyer les sols et les autres éléments de la maison et se mit à faire le ménage. Tout y passa, du sol jusqu’au plafond en passant par les rideaux, la vaisselle, les jouets d’enfants qui jonchaient le sol du salon. Elle s’arrêta un moment en se rendant compte qu’elle disposait systématiquement tout ce qu’elle rangeait en quinconce. La douleur d’aujourd’hui pour une raison inconnue égarait son esprit sur ce chiffre cinq.

Cinq. Les cinq enfants qu’elle aurait eus si l’un d’eux n’était pas tombé suite à un accident de ski l’année d’avant lui laissant son jumeau libre de se développer dans son ventre et si le tout premier, il y a de cela longtemps, n’était pas sorti sans un cri. Cinq si ce tout premier, aussi mort que son cœur, n’avait pas dû être expulsé à cinq mois et demi dans un accouchement glauque où la mort l’emportait sur la vie. Donner naissance à la mort en étouffant ses cinq sens pour ne garder aucun souvenir de ce moment et pourtant l’avoir gravé à jamais dans sa mémoire et à travers les cinq sens si vivants à ce moment-là : la douleur de sa chair, la vision du docteur, du plafond blanc blafard, l’odeur d’ammoniaque et de surmédicalisation si caractéristique aux hôpitaux, le son qui ne venait pas, assourdissant à l’oreille malgré le fait de savoir que le bruit n’y serait pas et les paroles, rageusement encourageantes, oppressantes, inutiles de la sage femme qui demandait de pousser encore et encore parce que ce serait bientôt fini.

Elle se leva rageusement et descendit en courant vers le sous-sol où elle laissa libre cours à sa douleur. Elle se sentait l’âme patriotique en partant en guerre contre les toiles d’araignées et les moutons de poussière qu’elle avait laissés s’accumuler dans le sous-sol de sa maison. Ces balles grises et tristes de crasse qui s’échappaient du sous-sol dès qu’elle secouait les tapis lui firent penser aux fredaines d’autrefois que lui contait son mari et qui, pour elle, avaient autant de crasse que ces moutons de poussière malgré la légèreté dont lui voulait les voir vêtues. Elle secoua encore rageusement les tapis qui n’en finissaient pas de relâcher leur crasse dans l’air. Combien ces tapis pouvaient-ils encore en recéler se dit-elle rageusement.

Elle se dit que si elle avait su avant, elle n’en aurait fait qu’une goulée de cette dernière crasse qui n’était pas une fredaine d’autrefois mais une réalité bel et bien d’aujourd’hui. Folie d’hier ? Non, bien d’aujourd’hui, se dit-elle en tapant encore fortement le tapis qu’elle tenait alors que ses larmes se mêlaient librement aux particules qui s’échappaient du tapis et tombaient lourdement par terre ou rendaient la poussière de nouveau prisonnière du tapis. Décidément, ce sol gardera une trace bien vive de son passage aujourd’hui. Tout avait été ôté, dépoussiéré, poli puis remis sur les étagères. Elle inspira profondément et se mit à marcher telle une automate vers la cuisine où elle prépara machinalement trois sandwichs pour les enfants qui allaient rentrer de l’école affamés et la nounou qui les accompagnerait. Ensuite elle se retourna pour saisir la raclette en se rendant compte qu’elle avait oublié d’ôter l’eau par terre. Elle en profita pour essayer de fermer la porte du frigo avant de bondir en arrière comme sous l’effet d’un électrochoc. Elle avait oublié qu’il y avait toujours ce mauvais contact que son mari n’avait pas réglé et que ses pieds nus étaient au milieu d’une mare d’eau. Le courant en passant à travers son corps l’avait hébété mais avait aussi stoppé net son élan de ménagère en furie. Elle se releva, se tâtant la main encore lourde et douloureuse et entreprit de finir d’éponger l’eau pour éviter que l’un des enfants n’ait à supporter le même incident.

Elle redescendit lentement à la cave pour voir si elle n’avait pas oublié quelque chose. Son œil fut attiré par le carton qu’elle avait laissé au milieu de la pièce ne sachant pas si elle devait remonter son contenu ou le laisser en bas. C’était un carton plein de 45 tours. Au-dessus de la pile trônait un disque d’ABBA et quelque chose de nouveau se brisa en elle à la vue de ce palindrome. ABBA, le BABA du savoir deviner, du savoir renifler ces veuleries, elle en avait manqué. Elle se saisit du disque comme des autres qui suivirent et entreprit de les casser en deux avec méthode.

Ensuite elle se dirigea vers la cave, ouvrit la porte avec la clé accrochée à un clou à gauche de la poignée et regarda les bouteilles qui ornaient le mur : les bordeaux grand cru pour les occasions spéciales côtoyaient les côtes du Rhône, les blanc de blanc, les bouteilles de champagne et quelques bourgognes rares parmi d’autres vins moins chers. Elle ne buvait pas mais s’il y avait une occasion, c’était bien celle-là. Comme résoudre ce dilemme ? Elle prit la première bouteille de Champagne hors de prix qui rencontra ses doigts nerveux et que son mari lui avait dit de ne pas déboucher à moins qu’il ne lui en donne l’autorisation. « Oui, quelle bonne idée », se dit-elle, « sabrons ce champagne » mais elle se rendit compte que le sabre de Samouraï était dans la chambre à coucher alors elle le sabra à même le mur. Elle but quelques gouttes et se tailla un peu à la commissure des lèvres. Elle prit une autre bouteille, un château Margaux à la robe qui se devinait profonde et qui alla se fracasser contre le crépi de la cave à vin. Bien d’autres connurent le même sort.

Quand elle quitta la cave, la mare saumâtre qui décorait son sol n’en finissait pas de faire des bulles qu’elle laissa frémir dans l’obscurité en éteignant la lumière. Elle referma la porte derrière elle et s’adossa contre elle en se frottant les tempes de ses doigts engourdis par ce travail machinal. Au-dessus d’elle elle entendit des pas et des rires tandis que les enfants rentraient de l’école avec la nounou. Elle se regarda dans le miroir de l’armoire de la cave et eut un choc en voyant son visage livide barbouillé de larmes et de suie. Lentement elle se dirigea vers la bassine de la chambre à lessive et entreprit de se nettoyer la figure et les mains poisseuses. Elle se débarrassa ensuite de ses vêtements souillés, prit une robe légère pas encore repassée qui était pliée dans une corbeille au-dessus de la machine à laver et l’enfila. Ensuite elle gravit deux à deux les marches de l’escalier qui la séparaient de ses enfants et se précipita vers eux les bras grands ouverts. « Maman ! » s’écrièrent-ils en chœur et elle les pressa contre son cœur.

Ils avaient encore tellement de choses à lui raconter et elle n’en finissait jamais d’être surprise et émerveillée qu’ils en aient autant à lui raconter à chaque fois en retournant de l’école. Pourtant la veille elle les avait écoutés encore émerveillée et leurs récits étaient différents. Chaque jour ils vivaient des choses nouvelles et chaque jour, eux comme elle s’émerveillaient de pouvoir vivre des choses aussi intéressantes.

Dans sa chambre, leur frère venait de se réveiller de son sommeil profond et béat après sa tétée vigoureuse de midi. Il laissa échapper un long cri plaintif de celui qui a de nouveau faim et Mathilde et ses enfants se regardèrent d’un œil complice. « Il va falloir encore donner à manger à ce petit gourmand » dit sa fille d’un air coquin. Mathilde lui sourit doucement et lui donna la main. « Tu viens m’aider à le changer ? » lança-t-elle à l’égard de sa fille. Son fils aîné les suivit en clamant haut et fort qui lui aussi voulait s’occuper de son frère et que ce n’était pas réservé aux femmes que de changer les bébés. Tous les trois gravirent les marches de l’escalier se dirigeant vers le son plaintif du petit gourmand qui réclamait encore son garde-manger. A trois, ils eurent tôt fait de changer sa couche et ensuite les deux enfants regardèrent leur mère se mettre dans le grand fauteuil et l’aîné lui mit le coussin d’allaitement sous son coude tandis que sa fille rajustait les couvertures autour de son petit frère. Mathilde caressa doucement la joue et la petite bouche s’entrouvrit pour accueillir le téton nourricier. Et tandis que la vie s’écoulait dans les goulées qu’avalait son fils, Mathilde sentit la vie revenir à nouveau doucement dans son cœur.