Snowflakes on her tongue

Snowflakes on her tongue

September and 23 December 2010

 ° ° ° ° ° ° ° °

Extending a parched throat tongue

Towards the thought of snowflakes

These in her heart and mind rung

Sweet little promises of rivers, lakes

 ° ° ° ° ° ° ° ° 

Yet as she silently now willed herself

To run free, alone across those fields

Like when she was a little eternal elf

Not needing any weapons or shields

  ° ° ° ° ° ° ° °

A catch in her heart slows her down

A whisper willing her to run far away

Shedding every jewel of her lost crown

She is now pauper and has lost her way

  ° ° ° ° ° ° ° °

Eyes wary keen, she stops on her tracks

She slowly traces back all her last steps

She knows the courage she now lacks

She knows she needs more little preps

 ° ° ° ° ° ° ° ° 

So now with new heartbreak in a rhyme

That brought her such unknown solace

She buys herself some sad lonely time

Striving to move now at her own pace

 ° ° ° ° ° ° ° ° 

And then while dawn stealthily creeps

Upon her stricken and yet again awake

she silently looks at her soul and weeps

Head hung again at this possible mistake

 ° ° ° ° ° ° ° ° 

She wants to run across the fields to play

With small snowflakes falling on her tongue

Oh but if she could taste them like yesterday

Snowflakes that would fill her up to the lung

 ° ° ° ° ° ° ° °

 ° ° ° ° ° ° ° °

Dreamer’s drift

Dreamer’s drift

September and 23 December 2010

 

Dreamers will always dream

Drifters would rather drift

So again now it would seem

That a mind often goes adrift

 

Smoke blows all hurt away

It never goes or traces back

It would keep itself so grey

Rather than return to black

 

Of love that still fading trace

Strewn through a blue sky

Is not of her beautiful face

It’s of her sad and weak sigh

 

Clouds could be so lily white

Clouds could be night black

With a silvery forgiving light

I could now cut you some slack

 

Peace is no part of life’s bliss

Perched on your lonesome rock

You’d rather that display miss

To go following some dainty frock

 

Observing is cold and feels not

Being casual is of feeling wane

No love in you but mere thought

As your stiff aching neck you crane

 

And as for now being so serene

It is nothing else but a sad way

To allow for the dark blue spleen

your waning dying heart to decay

 

Drift not from my side so far away

O dreamer hark, please don’t drift

I beg you on my knees now to stay

But you’ve left me, off you go swift

 

To have and yearn so much to keep

The faults that are seething within us

Is just a proof of how we finally reap

Our dark soul’s unkindly little fuss

 

Yes when I think it, the true miracle

Is not what we in our bosoms hide

But it is about when at the pinnacle

How us and our souls right we guide

 

Surviving is a mere matter of instinct

I prefer living as a human being whole

I am no sad, hunted beast soon extinct

I live not and will never cower in a hole

 

Surely enough within us so deep inside

Is where as dream and truth it often lies

Riding as dreamers lone sorrow astride

Even all eternity for us from within it flies

Only…If Only

22 December 2010

 ◊

Only prayers in dark hours of night

Only stars shining yet again so bright

Only the wishes of all children crying

Only the truth of those forsaking lying

Could shed on the world better light

Could make it better, yes it just might

◊ 

Only hems with a thousand stitches

Only brewage of remorseful witches

Only the whispers of innocent dying

Only forgiveness of those much plying

Could bring the world out of the ditches

Could remove of it the merest glitches

◊ 

Only the cries of the newborn babies

Only the sighs of withered old ladies

Only the silence of those once defying

Only acceptance of those all denying

Could heal the world of its mad rabies

Could bring certitude to our maybes

◊ 

Only the tears of those once almighty

Only the remorse of who was naughty

Only the plight of those not complying

Only the sight of the ones never seeing

Could bring to this world some safety

Could teach our rulers not to be hasty

 ◊

Only the thread of a million sorrows

Only the deepest of yonder burrows

Only the madness of those still loving

Only the sadness of those now grieving

Could take this world out of its harrows

Could widen our thought as it narrows

◊ 

Only the widow who has lost many a son

Only the child born alone akin to none

Only the warrior with knees all quaking

Only the philosopher with heart shaking

Could bring solace and make us all one

Could help the world glow under the sun

 ◊

Only the uncast stones of many an outrage

Only the broken temples of the lost sage

Only the unspoken words with all meaning

Only the stirring of the atheist now praying

Could give us a faith that would us assuage

Could take out of our faith any and all rage

 ◊

Only the remembrance of a glorious past

When we as humans paced not so fast

Only the peace of the restless sleeping

Only the heartache of tyrants weeping

Could integrate finally many an outcast

Could now enable our humanity to last

◊ 

Only the glitter of glorious morning dew

Only those and some others but so few

Only such simple things all worth trying

Only so little to help us in all redefining

Would we finally retrieve the silvery hue?

Would we now colour our planet so blue?

Only…If Only…

La solitude de Kayla

22-23 décembre 2010

Kayla sentit la transformation s’accomplir en Näques et ressentit la même douleur qu’elle avait éprouvée elle-même dans ces moments où elle se demandait si cela valait la peine de mener encore la résistance. Elle se souvint de sa sœur de lait, Tanita devenue droïde et qu’elle avait dû abattre pour préserver la révolte. Autrefois, la lutte était si peu organisée, les avanteures ne connaissaient pas encore la technique de la barbison et sa sœur n’avait pas pu être podagrénée. C’était sans doute pour cela que l’anodoxe avait été complètement réussi avec elle et plus rien n’avait subsisté de son humanigrité.

Comme les choses auraient été différentes si sa sœur ne s’était pas fait prendre! Tout ceci à cause de ce maudit foirqueur de Turkheim. Dire que sa sœur y avait cru et s’était laissé persuader qu’il était vraiment amoureux d’elle ! Après l’anodoxe inévitable Kayla n’avait pas eu d’autre choix que de la tuer quand elle était revenue au camp. Ce n’était pas seulement qu’elle lui avait tendu une embuscade mais surtout qu’elle avait parhi toute la cause des avanteures en menant au cœur de la résistance les troupes de Turkheim. Combien de ses autres sœurs victimes de l’anodoxe avaient été sacrifiées ce jour-là. Sa gorge se serra en pensant qu’elle aurait dû faire de même avec Näques s’il n’avait pas subsisté en elle une partie de son âme humaine. Elle posa doucement le doigt sur une des larmes de Näques et le froid métallique la surprit. C’était à la fois fascinant et répugnant de penser qu’une partie d’une âme d’avanteure était emprisonnée dans cette machine si parfaite qu’abritait ce qui n’avait désormais plus que la pararence de Näques.

« Näques », dit-elle doucement. « Ne pleure pas. Je te crois et sais que tu ne nous veux pas de mal. Il faut juste que tu les comprennes. Beaucoup d’entre elles ont perdu des sœurs et même des sœurs de lait lorsque nous avons été attaquées par les droïdes »

« Je sais », répondit Näques en s’essuyant d’un revers de la main. « C’est juste tellement dur à accepter. Hier encore j’étais l’une de vous et aujourd’hui je vois que toutes ont peur de moi. Je n’ai pourtant fait que servir la cause et…» les sanglots l’étouffèrent et elle ne put continuer sa phrase. Les billes de métal tombaient avec un bruit aigu et roulaient dans tous les sens avant de s’aplatir dans une mare luisante. Näques s’essuyait maintenant rageusement les joues, en colère de constater que cet éparpillement des billes avait causé une telle clameur dans les rangs des avanteures qui la regardaient comme si elle était un monstre.

« Moi je n’ai pas peur de toi » commença Kayla avant de s’interrompre interdite. En s’essuyant les joues avec force, Näques avait étalé les billes métalliques et une partie d’elles ayant pris l’apparence et visiblement la texture de ferraille, avait griffé les joues de Näques et laissait entrevoir une autre joue irisée qui luisait sous sa peau diaphane. Le spectacle était comme pour ses larmes fascinant et révoltant à la fois.

« Qu’est-ce qui te prend ? Qu’est-ce que tu regardes ? » hurla Näques en se tournant pour la regarder de face. Elle avait l’air possédée et ses yeux avaient pris l’éclat métallique des larmes non versées. Elle vit alors son propre reflet dans les yeux de Kayla et la vision de son visage écorché mais si lisse dessous la glaça. « Je suis monstrueuse » dit-elle dans un souffle. Voilà donc ce qu’elle était devenue. Une machine ! Une parfaite machine à tuer. Elle détourna les yeux et sentit la colère monter en elle telle la marée d’huile qu’elle avait si souvent observée sur la plage des deux lunes.

« Allez au Narquou !» siffla-t-elle entre ses dents et sa voix sortit métallique et grinçante. « Allez toutes au Narquou ! Qu’il vous emporte vous et les Turkheimites. Je n’ai pas besoin de vous, je n’ai besoin de personne ! ». Elle se retourna vers Kayla et celle-ci sentit toute sa haine et toute sa peine mais sans pouvoir la consoler. Elle avait été incapable de prendre dans ses bras une de ses sœurs avanteures depuis la mort de Tanita. « Et toi en premier » poursuivit Näques. « Tu n’es qu’une égoïste ! Si tu étais restée pour l’aider, Tanita ne serait pas morte aujourd’hui. Elle était bonne et douce et savait comment nous consoler. Avec elle à notre tête nous aurions eu une chance contre les Turkheimites peut-être même que nous aurions eu une chance de vivre en paix avec eux. J’aurais tellement voulu que ce soit toi à subir l’anodoxe et non elle. Elle ne voulait que la paix mais tu étais jalouse d’elle et l’as laissée mourir».

« Näques ! » s’écria Kayla. « Tu sais bien que ce n’est pas vrai ». Elle tendit la main vers Näques qui se débarrassa d’une secousse de sa main.

Une des avanteures ne put retenir un rire nerveux. C’était un spectacle tellement grotesque de voir Näques pleurer ainsi avec sa joue humaine déchirée et cette autre joue si parfaite, lisse et métallique dessous. Le pire c’était de voir ses billes tomber de ses yeux et rouler dans tous les sens et entendre sa voix tellement étrange. Näques leva la tête furieuse et foudroya l’avanteure du regard mais ceci n’eut que l’effet contraire de ce qu’elle souhaitait et l’avanteure reprit de plus belle son rire nerveux. Näques la regarda avec une haine renouvelée avant de s’enfuir en rompant le rang des avanteures.

« Näques ! » hurla Kayla. « Reviens, je t’en prie » mais Näques était déjà très loin et ne jeta même pas un regard en arrière. Kayla se sentit comme une orpheline. Elle et Näques avaient été si proches autrefois et tout avait changé maintenant. Plus rien ne sera comme avant pensa-t-elle. Mais l’heure n’était pas à l’auto-commisération, il y avait plus grave et il lui faudrait toute son énergie pour affronter ceci. Elle sentit plus qu’elle n’entendit le murmure des pensées des avanteures. Certaines visiblement se demandaient si vraiment elle avait eu besoin d’abandonner Tanita aux mains de Turkheim ou si elle l’avait fait pour se débarrasser de cette dernière. Tout le monde connaissait le caractère fougueux de Kayla et beaucoup avaient observé avec une certaine réserve l’esprit de compétition qui semblait animer les deux sœurs de lait. Pourtant être sœur de lait était une chose si rare qu’elles auraient dû se considérer mutuellement comme un cadeau précieux d’Articlé. Très peu d’avanteures étaient encore capables du processus et le nombre de celles qui pouvaient accomplir le processus et en même temps donner le lait était encore plus faible.

« Je n’avais pas le choix » dit Kayla dans l’esprit des avanteures qu’elle sentit hostiles. « Je n’avais pas le choix ! » reprit-elle à haute voix. « Si j’étais restée avec Tanita, nous nous serions fait prendre toutes les deux et nous serions mortes à l’heure qu’il est. Plus personne n’aurait pu conduire la révolte puisque nous étions les deux seules élues, les dernières du clan des Keelites ». Elle sentit l’un après l’autre les esprits se satisfaire de ses explications et se tranquilliser mais un ou deux résistaient encore.

« Vous n’êtes que des bandes d’ingrates ! » cria Shawna en s’interposant entre Kayla et le rang des avanteures. « Sans Kayla vous seriez toutes mortes ou esclaves des Turkheimites jusqu’à ce qu’ils en aient assez de vous ».

Kayla leva une main pour l’interrompre et tout en la rassurant mentalement, elle lui fit comprendre que ce n’était pas le moment d’affaiblir le rang des avanteures avec d’autres disputes. « Vous pouvez rentrer chez vous » dit-elle d’une voix neutre. « C’est tout pour aujourd’hui. Il n’y aura pas d’autre réunion et je ne pense pas que les Turkheimites attaqueront aujourd’hui. Ils pensent sans doute que nous ne sommes pas au courant pour l’anodoxe et que Näques nous trahira en les menant jusque chez ce nouvel abri ».

« Elle le fera certainement maintenant si elle ne voulait pas le faire avant » fusa une voix au milieu de la foule.

« Qui a dit ça ? » glapit Kayla

« Moi » répondit une voix nasillarde et elle reconnut la jeune avanteure du début qui avait douté de la bonne foi de Näques.

« Näques ne nous trahira jamais » dit Kayla d’une voix tranquille. L’effet de sa voix ainsi que les ondes qu’elle transmettait eurent raison des dernières résistances et le rang des avanteures se dispersa dans les casates.

« Tu es certaine que tu vas bien ? » demanda Shawna d’un air inquiet. Elle savait combien il avait coûté à Kayla de tuer sa propre sœur de lait.

« Je vais bien Shawna, merci ! » dit Kayla d’une voix douce. « Tu peux rejoindre ta casate. Dors bien. Nous nous verrons demain ».

Shawna acquiesça et en quelques secondes Kayla se retrouva seule sur la place déserte au milieu des casates. Elle sentit la tristesse la submerger et son cœur fut pris comme dans un étau. Elle sentit son cœur battre dans sa gorge qui se nouait et reconnut cette sensation familière de nausée qui lui montait aux lèvres. Elle se sentait si seule depuis la mort de Tanita et il n’y avait eu que Näques pour l’égayer et jouer à mille jeux avec elle. Toutes les autres la craignaient plus qu’ils ne l’aimaient et Näques était la seule qui n’avait pas peur de lui tenir tête et la traitait comme une avanteure normale. Que feraient les avanteures si elles apprenaient qu’elle avait commencé le processus comme autrefois au lieu de l’usiner comme toutes les autres le faisaient désormais. Plus personne n’avait recours à l’ancien processus considéré trop peu fiable et aucune des avanteures ne voulait prendre le risque que le Xbiosite ne réussisse pas. Elles savaient toutes que le Xbiosite n’était fiable que si on avait recours au processus usiné et non pas quand on accomplissait le processus d’autrefois.

Quelle folie ! pensa-t-elle. Comment allait-elle pouvoir justifier son choix ? Comment affronter le regard de Shawna ? Accomplir le processus et en plus en ayant eu recours à un des Turkheimites en captivité et non à un reliquat des ancêtres. Kayla savait que si elle avait eu tort, personne dans le rang des avanteures ne lui pardonnerait son audace. Pas même Shawna. Elle porta sa main à sa bouche pour étouffer le sanglot qui lui montait à la gorge. Une vague de lassitude la submergea à son tour et elle pensa à Näques qui avait ressenti la même tristesse il y avait à peine quelques instants même si c’était pour des raisons différentes. Elle se sentait si seule et avait tellement besoin de se confier. Elle aussi aurait tellement voulu que Tanita soit là pour la prendre dans ses bras et la consoler. Tanita avait toujours su consoler tout le monde, pensa-t-elle et les larmes reprirent de plus belle. Elle se sentit vraiment seule au monde et les sanglots secouèrent ses épaules tandis que les larmes coulaient sans restriction le long de ses joues.

Les larmes de Näques

 

Part of a shorty story written using a set of chosen words for the group “l’ esprit de la lettre”

Partie d’une courte nouvelle écrite utilisant la série de mots imposées dans le cadre d’un jeu créé par le groupe “l’esprit de la lettre” et n’ayant pour la plupart aucun sens réel. Il s’agissait donc de broder dessus pour faire naître un sens

Mots à utiliser: longanimigité – verglané – infortupeine – pararence – barbison – parhison – farigosité – quintebole – chabichoux -pourprendre – étherlite – bouillon – symtessence – anodoxe – déguerpiture – ostrother – carméchou – allophile – paradance – luël – délivriter – paratonnance – usinée – innocement – podagrenée – jugemence – foirqueur – Turkheim – marqueuries -aventeure – s’effritance – Näques – pourprichou – Ombrugoselle – indifféchette

Les larmes de Näques

18 décembre 2010

Elle se glissa sans bruit hors de la pièce plongée désormais dans une noire Ombrugoselle. Elle ignorait la symtessence même de ce qu’elle était désormais devenue. Elle se souvenait seulement de la farigosité visqueuse des tentacules qui l’avaient enserrée et de ses électrolytes qui se baladaient comme des lumières étincelantes derrières ses paupières. Quand l’ostrother se fut diffusée totalement dans ses veines, elle avait entendu cette voix morne déclarer dans un crissement métallique « Anodoxe niveau 10 atteint. Le bouillon humain a été extrait et la droïde ne conserve plus que la pararence humaine d’auparavant ».

Quand les survivants étaient venus la délivriter, de son infortupeine, elle n’avait ressenti aucun transport de joie, juste comme un clic quelque part dans les tréfonds de son corps verglané, comme un bruit sourd venant de son âme. Les droïdes possédaient-ils des âmes ? Elle se tâta avec précaution en pensant à sa longanimigité pendant le questionnement mais ne ressentit rien et ne vit aucune des marqueries qu’elle s’attendait à voir sur son corps couvert il y avait à peine quelques minutes de protubérances tubulaires insérées au plus profond de sa chair. Elle repensa à la course folle suivie par l’arrestation et des longues heures passées dans le chabichoux avec les autres avanteures en attente de jugemence. Elle n’avait rien délivré comme nom mais elle avait entendu tant d’autres parler sur le champ de jugemence. Tous, l’un après l’autre avait clamé haut et fort les noms des aînés pour sauvegarder leur innocement.

Elle avait regardé leur s’effritance avec un mélange de pitié et de dégoût en pensant à quand les graines l’atteindraient et qu’elle serait ensemencée. Il n’y avait aucune fuite possible car elles pénétraient par les narines, les oreilles, les yeux et même parfois par les pores. Il était difficile de résister à l’ensemencement des graines de vérité mais elle avait été bien podagrenée par la barbison et ne se serait pas fait pourprendre. Goutte par goutte, elle avait distillé hors de ses membres le carméchou résultant du mélange de son sang et des graines mais cette résistance lui fut fatale. Personne n’avait jamais résisté au champ de jugemence et le résultat de sa lutte avait été recueilli dans une quintebole à son insu. Turkheim avait plongé un doigt dans le breuvage et goûté au liquide dense de son insubordination. Il sentit comme un coup fulgurant de paratonnance, le substrat intense de la révolte l’avait parcouru comme mille éclairs et il sentit sa puissance brute. Elle avait non seulement résisté au traitement mais l’avait même transformé en un mélange intoxicant de révolte qui pourrait lui être fatal. Il ne pouvait permettre que cela se sache et il décida qu’il ne restait plus que l’opération anodoxe pour maîtriser cette avanteure. Cette opération était normalement réservée aux avanteures condamnées pour parhison mais il jugea que la cour n’avait pas besoin de connaître les détails. Il déclarerait dans le rapport qu’elle ne pouvait se prévaloir de son innocement parce que son nom figurait parmi ceux ayant créé la révolte et donc coupable de haute  parhison. Devant la cour des surannés, elle eut beau invoquer son innocement mais le conseil des luëls fut formel et la sentence sans déguerpiture : transformation par anodoxe.

« Foirqueur, espèce de sale foirqueur », elle avait hurlé en direction de Turkheim qui la regardait narquois. Ce furent les dernières paroles qu’elle prononça en tant qu’aventeure avant que le couvercle ne se referme sur elle et que les tubes s’insinuent dans sa chair.

Elle se ressaisit et revint à l’instant présent. Les survivantes étaient rapides mais elle se surprit à les dépasser absolument pas affaiblie par sa longue inertie. Kayla la regarda les yeux plissés, elle n’avait jamais couru aussi vite auparavant et aurait dû être encore plus ralentie par la souffrance. Elle allait devoir lui faire subir l’épreuve d’humanigrité si elle voulait pouvoir compter sur elle dans la révolte. Näques qui n’avait rien ressenti du changement d’humeur de Kayla continua à courir à découvert. Dehors les serveurs étherlites diffusaient une lumière glauque et des lasers stroboscopiques s’alternaient entre les temps morts de musique. Un jeune groupe de Turkheimites s’amusaient à une paradance folle entre éclairs du stroboscope et temps de musique. Personne ne fit attention à elles et elles continuèrent leur course folle jusqu’à la navette qui les attendait hors de la station orbitale.

Une fois dedans, la navette décolla sans plus attendre et Kayla lança l’ordre muet de se saisir de Näques qui se laissa faire indifféchette. Suivit alors un questionnement mais pas identique à celui qu’elle avait eu à subir auprès des Turkheimites. Kayla s’insinua dans son esprit pour la questionner et n’avait pas besoin de l’ensemencer de graines qui n’auraient servi de toute façon à rien puisque Näques était immunisée à leur effet.  Näques la rassura qu’elle n’avait pas besoin de mentir, c’était son clan et elle répondit à toutes ses questions y compris quand elle lui demanda pour l’anodoxe. Kayla la regarda avec stupeur car elle ne s’attendait pas à un droïde de leur côté. Elle lui prit le bras avec douceur et s’exclama « Ils ont beaucoup amélioré leur technique. Tu es vraiment bien usinée et as gardé toute ta pararence humaine. Näques, ce nom qui te fut donné pour le soyeux de ta peau, tu le mérites encore même si ton intérieur est tout métallisé. C’est drôle comme ta voix n’a pas changé et n’a pris aucune inflexion métallique ». Les autres avanteures commencèrent à s’agiter à ses paroles prononcées à haute voix et non plus dans l’esprit de Näques.  L’une d’entre elles s’avança vociférant qu’il fallait s’en débarrasser au plus vite sans quoi elles seraient en danger. S’ensuit un dialogue rapide entre elle et Kayla et elle retourna dans les rangs, pourprichou mais sans plus proférer des menaces.

Kayla se retourna vers les autres avanteures et lança d’une voix forte « Je me porte garantette de Näques et déclare avoir parcouru son esprit. Elle n’est pas devenue allophile à la cause des Turkheimites et reste avanteure dans son âme. Elle a subi l’anodoxe mais son âme est restée intacte ». « Les droïdes n’ont pas d’âme !» lança une voix dans la foule et les protestations reprirent. Näques ressentit encore ce curieux clic et pensa à sa propre interrogation quelques minutes avant sa délivriture. Comment les convaincre ? Elles les regarda, ses sœurs devenues des étrangères et sentit encore ce déclic et une drôle de sensation au niveau de ses yeux. Les avanteures la regardaient partagées entre la pitié et la répulsion et portant la main à ses yeux, elle sentit des billes métalliques lui tomber sur les doigts. Elle pleurait des larmes de métal. Les droïdes avaient donc une âme, pensa-t-elle en pensant aux innombrables droïdes qu’elle avait dû détruire, ses sœurs transformées après leur anodoxe. Une impression de grande lassitude la submergea. La révolte, les avanteures, Kayla, plus rien ne lui semblait désormais important.

Lobotomie

Quand on n’aime plus le souvenir

Qui ne fait qu’activer l’instant d’ire

Comment pourrait-on l’ensevelir

Pour un futur paisible en devenir ?

18 décembre 2010

Θ

Je ne suis plus là, je suis envolée

Ma mémoire n’existe plus, vidée

Je suis tombeau creux, suis évidée

Mon souvenir est fleur lasse étiolée

Θ

Ma mémoire n’existe plus, vidée

La peine d’antan est carcan laissé

Mon souvenir est fleur lasse étiolée

Le présent est rose tel une dragée

Θ

La peine d’antan est carcan laissé

Glissant de mes épaules si hâlées

Le présent est rose tel une dragée

Mes dents s’étirent, sourire nacré

Θ

Glissant de mes épaules si hâlées

Plus rien ne subsiste, peine éreintée

Mes dents s’étirent, sourire nacré

Mon œil aspire à une vide postérité

Θ

Plus rien ne subsiste, peine éreintée

Le souvenir est doux murmure caché

Mon œil aspire à une vide postérité

Le son de ma voix platement initiée

Θ

Le souvenir est doux murmure caché

Mon cerveau vide n’a rien enregistré

Le son de ma voix platement initiée

Mes images d’émotion sont épurées

Θ

Mon cerveau vide n’a rien enregistré

Aucun souvenir ne l’a jamais troublé

Mes images d’émotion sont épurées

Lobotomie, fleur de l’instant, sérénité

Θ

 

Θ

Atoll oublié

Poème écrit utilisant la série de mots imposées dans le cadre d’un jeu créé par le groupe “l’esprit de la lettre” et s’appuyant bien entendu sur mes émotions personnelles

Mots à utiliser:

las – exposition – appel – boum – Saint Nicolas – avant – potomane – calomnie – souffleur – vers – elle – strigilaire – atoll – symbole – émotion – murmure – générosité – lecture – dyslexie – habanera – innocence – rêve – lâcher – chambouler -NERD (merci Wiki) – massacre – fugitif – lumière – appel – pomme – aérodynamique -hippocampe – marcher – animalité – célibataire – coloquinte – irréversible – énergumène – harpe – absence – cajoler – arnaque – anniversaire- tourmaline – café – gambette – majorité – Corto Maltese – macabre -Bretagne – mer – émanation – patte pelue – progéniture – clocharde

 12 décembre 2010

 ΦΦΦ

La majorité de mon temps passait ainsi, le temps d’un temps fugitif

Je pensais à ma pauvre progéniture, cette belle innocence incarnée

Mon esprit las parcourait tourmenté mes souvenirs soucieux, pensif

Je pensais à l’appel dont j’espérais l’écrit empreint enfin de générosité

  ΦΦΦ

Mon souvenir à lui seul constituait pour moi le plus brillant et bel atoll

Joyau miroitant durant leur si douloureuse absence en mes pensées

La première instance à mon anniversaire me coupa net toute parole

Sa lecture me réveilla soudain en tripes une seule émotion, l’animalité

 ΦΦΦ

 Cette date qui, avant, fut le symbole pour moi d’une belle naissance

Fut désormais la marque irréversible, triste stigmate de ma mortalité

Ma vie en ce jour fut un sombre, macabre bal d’humaine déchéance

Tandis qu’à la justice espérée se substituait le massacre de l’équité

 ΦΦΦ

Ma soif d’eux me transforma par cette arnaque en vilaine pocharde

Potomane, j’eus tout bu de la mer même la moindre goutte nacrée

Ce jugement qui venait toute ma vie chambouler, me vit clocharde

Je parcourais tes plages noires, ô Bretagne, de mes glauques marées

 ΦΦΦ

En rêve je revis ma vie tour à tour baignée de clarté vive et de suie

Ces routes vers lesquelles mes lasses jambes me forçaient à marcher

Elles furent pavées d’anges dont le murmure ne pouvait taire calomnie

Et de ces noirs démons jouant mutins à la géante harpe désaccordée

 ΦΦΦ

 Je voudrais croire à la possibilité pour cette nouvelle Saint Nicolas

De retrouver ne serait ce qu’une émanation de cette vieille sérénité

Qui m’habitait quiète malgré le trouble du quotidien et de ses tracas

Mais l’idée de cette patte pelue me coupe toute envie de fraternité

 ΦΦΦ

 L’exposition de mes sens et de mes souvenirs en un si sordide étalage

Firent de moi bien triste NERD, moi autrefois la célibataire convoitée

Je devins coloquinte et le jour des morts on me décora mon plumage

Pour faire de moi la bougie de fortune, une fois mon centre bien évidé

 ΦΦΦ

 Moi qui n’ai rêvé que de paix et de la plus belle et blanche lumière

Je me retrouvais actrice en noire farce, par cet énergumène, créée

Et lui souffleur me dictait les vers de la reine comme du strigilaire

Je jouais tantôt elle tantôt lui, l’esprit plongé en déchirante dualité

 ΦΦΦ

 Je me retrouvais avec un hippocampe désorienté à bord d’apoplexie

Sautillant je passais du classique à la salsa ou la habanera endiablée

Mes souvenirs troubles, ma langue fourche je m’incarnais dyslexie

Marin déchu et mutilé, sur une unique gambette vacillante je tenais

 ΦΦΦ

 Tour à tour en nacre ou charbon mon visage fut pour ces rôles peint

Je voltigeais oiseau ivre dans une aérodynamique par trop insensée

Je fus suprême Saba à pomme d’or ou vil esclave au strigile astreint

L’esprit tourbillonnant, le cœur rougeoyant je le sentis enfin lâcher

 ΦΦΦ

 Boum fit mon cœur tel Corto Maltese durant son voyage en Sibérie

Traîtrise après amour eut tôt fait de tous ces sentiments oblitérer

Tourmaline incandescente je calmais autrefois de statiques énergies

Aujourd’hui pour un semblant de paix je ne peux mon cœur cajoler

 ΦΦΦ

 Moi autrefois noble bête, fougueuse jument à côté de mon cheval

En âne, pauvre bête de somme je suis par ses méfaits transformée

Mon souffle d’antan finit désormais éteint comme dans un vil râle

Tandis que veillant et relisant l’écrit d’appel, je deviens outre à café

 ΦΦΦ

 

 ΦΦΦ