Le démon de toi

Surtout ne t’éloigne pas, disait maman à ribambelle

Mais curiosité la perdra, angebolique tombe du coin d’elle

16 octobre 2010

La nuit lui parvient ta voix, comme une obsédante ritournelle

Chant des démons d’autrefois, Asmodée, Iblis, Azazel

Veilleuse de lumière vivra, le temps de dormir claire chandelle

Le jour clarté aux abois, les répits des instants séquelles

Ressassent les relents d’yeux las, les envolées à tire d’aile

Tes regards tels des abats, las devant elle s’amoncellent

Son regard loin se perdra, au-delà d’escaliers du ciel

Evite regards noirs émois, qui de gris tourment son cœur scelle

Serviteur de peu de foi, faisant de l’excès de zèle

Pas furtifs lassés louvoient, en noces manquées bordées de fiel

Homme de peu de sacrées lois, massacrant la loi des fées stèles

Collectionneur des bribes de moi, arracheur de petites ailes

Aujourd’hui forte je la vois, cette vérité faite mensonge cruel

C’était ton démon à toi et pas les démons nés d’elle

 ◊

Lecture de mon poème sur youtube

http://www.youtube.com/watch?v=sUZscpLhqOc

 ◊

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s