Douce France, parfum rance de mon enfance

France je te renie, bleu, blanc, rouge, je t’oublie

18 août 2010

 …

J’aime de ta couleur, les nuances bleues saumâtres

France que, de mon exil, je me mets à observer

Plongeant mon regard avide dans tes eaux verdâtres

France, de ta Seine, j’ai tant parcouru les Quais

… 

France, que j’aimais ton teint de colombe albâtre

France, au rang de Sainte, ta justice j’avais élevée

France de mon cœur qui, rouge, pour toi fut un âtre

France, que mon père, de Pondichéry, nous chantait

… 

France, ta justice, ouvre nos veines rougeâtres

Tes sillons, de nos sangs impurs, tu veux abreuver

France, tu renvoies vite à leur déconfiture ces pâtres

Indiens, Arabes, Musulmans, peuples tant décriés

… 

J’aime que tu n’aimes pas du tout ma couleur jaunâtre

Car ce sont autant de raisons pour, enfin, me donner

Une raison pour refuser tes relents fort douceâtres

France que j’aimais, France que j’ai enfin oubliée

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s